Accueil Biograhie Livres Extra Contact English


Jean-Claude Brouillet
L'avion du blanc

L'avion du blanc, édition 1972

Lorsque, en 1945, Jean-Claude Brouillet, âgé de 20 ans, débarque au Gabon, il a déjà connu beaucoup d'aventures. Engagé dans la Résistance, arrêté, évadé, il rêve depuis de posséder son propre avion.

Dans ce pays fabuleux, où il arrive sans un sou, il gagne l'estime des forestiers, hommes rudes et isolés au cœur de la forêt vierge. Avec leur aide, il invente l'aviation gabonaise, d'abord avec un vieux biplan récupéré au surplus, puis avec deux, puis trois avions. C'est une aventure extraordinaire, faite de coups de folie et d'amitié virile. A 35 ans, fortune faite, il quitte tout pour parcourir les mers sur une goélette. Mais cela ne le satisfait pas encore et, après une lutte vaine dans la jungle parisienne, il retourne en Afrique pour reprendre le chemin du ciel.

Résumé (tiré de la jaquette de l'île aux perles noires) :
Il a seize ans, en 1941, lorsqu'il s'engage dans la Résistance. Arrêté avec Marie-Madeleine Fourcade, chef du réseau " Alliance ", il s'évade, rejoint les Forces Françaises Libres en Afrique. Il veut se battre, il veut réaliser son rêve : piloter un avion. Lorsqu'il y parvient, la guerre s'achève. Il cherche une autre aventure, un autre combat. Il les trouve au Gabon, où il débarque à vingt ans, sans un sou. Il découvre un pays fabuleux, où vivent des hommes fabuleux : les forestiers. Un pays vierge, sans routes, où il faut aux piroguiers des jours et des jours de navigation sur les fleuves pour gagner Libreville. Alors, pour ouvrir ce pays à lui-même, il invente l'aviation gabonaise avec un vieux biplan déniché aux surplus, qu'il réussit à poser sur d'invraisemblables pistes taillées pour lui dans la forêt équatoriale. Un avion, puis deux, puis trois; des petits, des plus gros, des très gros. Jusqu'à faire une compagnie, une vrai compagnie, avec de vraies lignes. Tout ça, à force de volonté, de courage, de merveilleuse folie, et parce qu'il y a des hommes, des noirs et des blancs, pour lui faire confiance. Le succès, la fortune, à trente-cinq ans. Et tout rejoué, pour le bonheur de parcourir les mers sur la plus belle goélette du monde, l' " African Queen ". Et encore une fois, pour se persuader qu'on peut faire en France ce qu'on a réussi en Afrique. Mais c'est là, à Paris, dans les bureaux et les administrations, qu'il découvre la jungle, la vraie jungle. Alors, salut! La vie est ailleurs : là-bas sous l'Équateur, où le ciel est libre. Il faut lire cette histoire vraie, pleine de verve, de drôlerie et d'émotion, pour savoir ce que peut faire un garçon du sud-Ouest qui n'a pas froid aux yeux. Il faut lire ce livre pour savoir qui est Jean-Claude Brouillet.



Jean-Claude Brouillet
L'Île aux perles noires

L'île aux perles noires, édition 1984

Perdue dans le bleu, une île.
Introuvable, secrète, inaccessible. Centre de nulle part comme le Paradis.
Au cœur de l'île, un lagon de saphir. Et dans l'abîme du lagon, veillées par les requins, plus somptueuses que les nuages, plus rares que le diamant, les perles noires.
Nées d'un rêve et d'une nacre. Nacre inconnue, rêveur connu : Jean-Claude Brouillet.

Son destin s'inscrit dans les neuf lettres de son nom :

B, comme Béarnais.
R, comme réussite.
O, comme orgueil.
U, comme un.
I, comme imaginaire.
L et L, comme lion et liberté.
E, comme espace.
T, comme trajectoire.

La sienne. Unique. Qui l'a mené, de coups de gueule en coups de poing, de coups d'audace en coups de reins, de la jungle du Gabon aux atolls du Pacifique dans une éblouissante course au soleil où la vie, pour une fois, est plus vraie qu'un roman.


Copyright © 2017 JCBrouillet.com Tous droits réservés
Dernière mise à jour : 2004-01-06